L1 par

Montpellier se relève et assomme St-Etienne (résumé et notes)

Commentaire(s)

Malgré une infériorité numérique durant plus de la moitié du match, Montpellier a retrouvé le goût de la victoire en battant St-Etienne, plus que jamais concerné par le maintien.

Ligue 1 - 24e Journée

Montpellier
1 - 01 - 0 Saint-Etienne
A. Delort 25'

"Emmenez-nous en UEFA !", entendaient les supporters Stéphanois en sortant de la Mosson, où leurs homologues montpelliérains étaient logiquement gagnés par l'euphorie. La Coupe UEFA, ou plutôt l’Europa League, n’est plus qu’un lointain souvenir pour eux. Les Verts, qui espéraient retrouver la C3 après y avoir échoué cette année (élimination en phase de poules), vont finalement se concentrer sur la lutte pour le maintien : ils se retrouvent désormais 15es avec quatre points d’avance sur la zone rouge et neuf de retard sur Montpellier, solide 5e. Contrairement à son adversaire du soir, qui en est à trois revers d’affilée après ceux subis face à Metz et Marseille, le MHSC a su rebondir dans la foulée d’une semaine compliquée, marquée par une élimination de la Coupe de France à Belfort, une correction à Paris et un faux-pas à domicile devant Metz.

Cette victoire, acquise grâce au neuvième but de la saison d’Andy Delort (25ème), sera celle du courage et de la solidarité pour les hommes de Michel Der Zakarian, réduits à dix juste avant la mi-temps suite à l’exclusion de Junior Sambia (40ème). Passeur décisif sur l’ouverture du score, l’ancien niortais, préféré à Souquet pour débuter dans le couloir droit, a crocheté Denis Bouanga lorsque celui-ci s’apprêtait à convertir une offrande de Loïs Diony, parti seul au but après avoir pris Hilton de vitesse. Un carton rouge logique, quoique brandi en deux temps par Amaury Delerue, qui avait d’abord désigné le point de pénalty et seulement averti Sambia, avant de revenir sur sa décision pour signaler un coup-franc en faveur des Verts et le chemin des vestiaires au défenseur montpelliérain.

Paradoxalement, c’est à égalité numérique que les hommes de Claude Puel s’étaient montrés les plus dangereux. À 0-0, Diony avait manqué de peu le cadre de la tête (9ème), alors que Geronimo Rulli avait déjà été mis deux fois à contribution, par le petit nouveau Yvann Maçon (6ème) et Miguel Trauco (19ème). Déjà excellent en milieu de semaine face au FC Metz, le portier argentin s’est encore distingué après le but de Delort par des sorties salvatrices devant Diony (30ème), puis Bouanga (35ème et 46ème). Après la pause, il n’a quasiment plus rien eu à faire, la faute à des attaquants stéphanois en panne d’inspiration.

"On était plus dangereux (avant l'exclusion), peut-être, dans la mesure où Montpellier a resserré les espaces. Et puis on a manqué un peu de qualité technique pour faire des différences dans les petits espaces", reconnaissait Puel après la rencontre. À l’exception d’une volée de Diony (68ème) et d’une percée d’Honorat (91ème), encore bien contenues par Rulli, les Verts n’ont jamais semblé en mesure de revenir au score. Et le passage en 4-4-2 face au 4-4-1 du MHSC n’a rien changé. "Je voulais plus de percussion offensive, mettre Denis (Bouanga) dans l’axe, peser un peu plus", explique Puel. "Montpellier est resté dans sa surface, donc il fallait du monde dedans et mettre des centres, mais on n’en a pas eu assez pour faire sauter le verrou".

15 photos : Matchs : Montpellier 1 - 0 Saint-Etienne